Les Ludopathes nantais

BioShock Infinite : The Siege of Columbia

Parlons-en ...   -   par Nerces   -   707 Vues

Amateurs du jeu vidéo éponyme, Brendan, Guillaume et Thierry se sont lancés à la découverte du jeu de plateau BioShock Infinite, épaulés par Patrick.

JPEG - 39.6 koÀ la base, BioShock Infinite est un jeu vidéo sorti en début d’année 2013. Très populaire, il a inspiré ce Siege of Columbia dans lequel les héros du jeu vidéo ne sont plus que figurants au milieu de la lutte qui oppose les Fondateurs à la Vox Populi.

Give us the girl and wipe away the debt

Apporté par Thierry, BioShock Infinite n’est pas encore disponible en français, mais la boîte impressionne malgré tout grâce à un matériel assez remarquable... tant en quantité qu’en qualité. Les figurines sont nombreuses et joliment dessinées alors que le plateau est agréable au touché et que les cartes sont glacées.
Côté thème, on retrouve évidemment tous les lieux importants du jeu vidéo, mais le changement de perspective est radical puisque deux camps s’opposent : les Fondateurs et la Vox Populi. Dans notre cas, il a fallu faire deux équipes, chaque joueur contrôlant la moitié des forces de la faction : Brendan et Thierry affronteront donc Patrick et Guillaume.
JPEG - 44.4 ko

Dix points de victoire et c’est terminé

Le but du jeu est finalement relativement simple : dès lors qu’une faction dispose de dix points de victoire, la partie s’arrête. Des points de victoire que l’on acquiert en réalisant des objectifs donnés et en contrôlant des zones de la carte.
JPEG - 67.7 koEn réalité, l’essentiel du jeu sera d’ailleurs de se battre pour contrôler ces territoires découpés en plusieurs emplacements. Pour ce faire, il nous faut utiliser au mieux une main de cinq cartes qui sert : à voter (pour devenir premier joueur et obtenir un bonus), à obtenir de l’argent et à combattre.

Chaos sur Columbia

On déplace donc quelques unités sur la carte, on lance quelques combats (à coup de dés) et on parvient tant bien que mal à obtenir quelques points de victoire. Hélas, on se rend vite compte que le maître-mot de BioShock Infinite est chaos, notamment à cause de la puissance des cartes.
Qu’il s’agisse de la carte événement tirée en début de tour ou des pouvoirs spéciaux des cartes que l’on a en main, nous avons tous eu un peu l’impression que ce sont elles qui font et défont le jeu. Du coup, on a le sentiment de subir les choses alors qu’au cours d’un tour, on ne fait finalement pas tant d’actions que ça.
JPEG - 58.4 ko

Plutôt un jeu à deux... et encore !

Autre impression persistante soulignée par Thierry : le fait que BioShock Infinite soit un jeu conçu pour deux joueurs et que les créateurs ont, ensuite, essayé d’étendre pour qu’il soit jouable à quatre. De fait, les interactions entre les membres de chaque équipe sont un peu bancales.
Au final, on ne peut pas dire que BioShock Infinite nous ait laissé un souvenir impérissable. C’est de l’ameritrash pur, nous étions prévenus, mais l’omniprésence des dés durant les combats et le chaos généré par les cartes restent frustrants. Après plus de deux heures de jeu, nous n’avions en outre pas l’impression d’en voir le bout et d’un commun accord, nous avons mis un terme à la partie.
Rien ne vient vraiment compenser les différents défauts d’un jeu qui ne risque pas de trouver beaucoup d’amateurs chez les Ludopathes. Malgré tout, merci Thierry pour cette découverte.

Qui êtes-vous ?
Un message, un commentaire ?
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.