Les Ludopathes nantais

[Memoire 44] Campagne de Russie 1ère Partie

Parlons-en ...   -   par Tibor_fr   -   606 Vues

Ce jeudi, avec Paul, nous nous sommes lancés dans une campagne sur Memoire 44. Ayant déjà fait à plusieurs reprises les campagnes de Normandie et de Unternehmen Fall Gelb, nous nous sommes entendus sur l’Operation Barbarossa, déclenchée par les Allemands le 22 juin 1941 contre l’URSS.

JPEG - 34.9 ko
Mémoire 44

Ce jeudi, avec Paul, nous nous sommes lancés dans une campagne sur Memoire 44. Ayant déjà fait à plusieurs reprises les campagnes de Normandie et de Unternehmen Fall Gelb, nous nous sommes entendus sur l’Operation Barbarossa, déclenchée par les Allemands le 22 juin 1941 contre l’URSS.

La campagne se découpe en 3 fronts principaux :

- Le Nord (Lituanie/Leningrad)
- Le Centre (Moscou)
- Le Sud (Kiev/Stalingrad)

Chaque front sera joué séparément et est constitué d’au minimum 4 scénarios, répartis en 2 phases. La première phase représente l’attaque initiale (juin/juillet) et donne l’avantage à l’Allemand pour simuler leur percée rapide dans les défenses soviétiques. A raison de 2 scénarios par front, cette phase nous occupera donc sur 6 scénarios normalement.

JPEG - 34.8 ko
Plan d’attaque Allemand / Barbossa

Ces 6 scenarios terminés, chaque joueur pourra réattribuer ses renforts avant le début de la 2e phase, mimant l’enlisement de l’offensive allemande pendant l’hiver 41 et les premières contre-attaques russes.

Quelque soit le front, ou la phase, la progression d’un scénario à un autre est dictée par le résultat de la précédente bataille : une victoire oriente vers un scénario tandis qu’une défaite renvoie vers un autre. Entre chaque bataille, le gagnant profite d’un avantage et des jets de dés sont faits pour représenter "l’évolution de la situation générale" et altérer (un tout petit peu) les forces en présence.

Maintenant que vous savez tout, passons au compte-rendu de notre première session de jeu. Session qui ne nous a permis que de jouer un seul scénario du Front Nord, une bataille de chauffe ayant été faite juste avant - Sainte-Mère l’Eglise : Victoire de l’Allemand (moi) 4 à 3 -.

Barbarossa, Front Nord, Bataille de Raseiniai, 22-27 Juin 1941

Rapport du Lieutenant-Colonel Tiborovsky, Officier du IIIe corps Mécanisé

22 juin : Trahison ! Ses Allemands qui se disaient nos alliés, viennent de nous déclarer la guerre. Mon corps d’armée, ainsi que le XIIe corps Mecanisé s’est replié, sous les ordres du Général Kouznetsov, jusqu’aux alentours de Jubarkas, contre le fleuve pour mieux tenir notre position.

23 juin : les Allemands ont engagé les hostilités ! Leurs troupes ont avancé sur notre flanc gauche ! Deux de nos divisions d’infanterie, positionnées dans la forêt, ont bien tenté de leur fermer la route mais elles se sont faites exterminer. A l’arrière, nos blindés sont empêtrés dans les forêts qui bordent le seul pont permettant de franchir le fleuve. Sans eux, nos possibilités de contre-attaque sont très réduites.

JPEG - 26.7 ko
Panzer IV

24 juin : une partie de nos blindés a enfin réussit à atteindre le pont. Sitôt informés, les Allemands entament une retraite ordonnée pour recoller aux gros de leurs troupes. Pendant ce temps, notre flanc droit essuie les premiers tirs des chars ennemis. Les pertes sont importantes mais nos unités retranchées tiennent bon... et parviennent même à éliminer toute une division de char adverse !

25 juin : lassés de ces escarmouches, les Allemands ont lancés toutes leurs forces au centre, en profitant de l’appui de Messerschmidts Bf 109. Nos troupes sont en large infériorité numérique et manquent de matériel. Mais les forêts environnantes leurs permettent de limiter les dégâts. Elles réussissent même à éliminer deux divisions ennemis : une infanterie et un char. Les pertes de chaque coté se sont rééquilibrées. Je tente de convaincre Kouznetsov de lancer une contre-attaque mais le Commissaire Politique refuse : il menace le Général du peloton d’exécution s’il désobéit aux ordres du parti.

JPEG - 29.9 ko
BF 109E

26 juin : Kouznetsov lance finalement la contre-attaque, contre l’avis du Commissaire Politique qui jure qu’il le payera de sa vie. La contre-attaque se fera en pince avec de chaque coté, une colonne de blindé. Au matin, l’offensive parvient à percer la ligne de défense allemande sur leur flanc gauche. Nos troupes en profitent pour prendre la ville de Raseiniai mais les pertes ennemis sont réduites et nos hommes à bout de souffle. La riposte allemande ne se fait d’ailleurs pas attendre : dès l’après-midi, ils tirent à coup d’artillerie et envoient à la charge leur infanterie contre nos blindés. L’attaque nous cause de nombreuses pertes. La situation nous échappe !

27 juin : malgré l’arrivée de bombardiers de notre coté et un tir de barrage intensif de notre artillerie de soutien, le front allemand ne faiblit pas. Nos blindés tentent un dernier barroud d’honneur mais la chance n’est pas de notre coté ! Ils doivent abandonner Raseiniai en fin d’après-midi et sont détruits peu après ! Toute notre ligne menace de céder. La mort dans l’âme Kouznetsov sonne la retraite. Le regard noir du Commisaire Politique en dit long sur l’avenir du Général.

Score final : Allemand : 7 / Soviétique : 4 (Aucun Objectif conquis).

Ce qui s’est réellement passé :

Les forces russes du front nord-ouest, commandé par Kouznetsov, se replièrent avant même l’attaque du Barbarossatag (le jour du lancement de l’opération) menée par le Groupe d’armées Nord de Von Leeb. Les Allemands interprétèrent ce recul comme un repli général, mais en réalité les Russes préparaient une contre-attaque. Les éléments des IIIe et XIIe Corps mécanisés se heurtèrent aux Panzers du XLIe Corps aux environs de Raseiniai. La bataille dura quatre jours qui virent l’anéantissement des forces blindées du front ouest, à la suite de quoi Kouznetsov fut limogé. Une brèche gigantesque venait de s’ouvrir entre la 8e et la 11e Armée soviétique : la route de Leningrad était libre pour les Allemands.

JPEG - 33.1 ko
Troupes russes

La suite au prochain numéro...

Qui êtes-vous ?
Un message, un commentaire ?
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.